Qu'est-ce que la compétitivité ?

La compétitivité traduit l’aptitude pour une entreprise, un secteur d’activité ou l’ensemble des acteurs économiques d’un pays à maintenir ou à augmenter ses parts de marché par rapport à la concurrence étrangère. Comment et où se situe la France ?

Par La Rédaction

Les facteurs de la compétitivité

Parmi les facteurs influant sur la compétitivité de l’économie figurent notamment le niveau d’imposition des sociétés, la qualité de la production et de la main-d’œuvre, ou encore le tissu des petites et moyennes entreprises et la présence d’infrastructures. Toutefois, selon l’origine des facteurs de compétitivité d’une entreprise, d’un secteur économique ou d’une économie nationale, on distingue le plus souvent la compétitivité-prix et la compétitivité structurelle.

La compétitivité prix est la capacité à produire des biens et des services à des prix inférieurs à ceux des concurrents pour une qualité équivalente. Cette notion renvoie ainsi au rapport des prix des exportations françaises au prix des concurrents. La compétitivité-prix dépend des coûts de production, notamment du coût du travail. Parmi les facteurs de compétitivité-prix, la compétitivité-coût compare l’évolution des coûts salariaux unitaires (le coût salarial total divisé par les quantités produites) d’un pays donné à celle de ses concurrents (évolution du coût du travail comparée à celle de la productivité).

Le passage de la compétitivité-coût à la compétitivité-prix fait intervenir le taux de marge à l’exportation, qui est le rapport entre les prix à l’exportation et les coûts de production. La réduction des marges à l’exportation permet de compenser une hausse des coûts de production par rapport à ceux des concurrents.

Le taux de change de la monnaie nationale a une influence importante sur la compétitivité. Cependant, la stratégie de la "dévaluation compétitive" n’est plus possible entre les dix-neuf États membres de la zone euro.

La compétitivité hors prix ou structurelle est la capacité à imposer ses produits ou services indépendamment de leur prix. Ce type de compétitivité fait intervenir la qualité, l'image de marque, le mode de commercialisation.

Les indicateurs de la compétitivité

La compétitivité-prix d’une entreprise, souvent associée à la notion de productivité, se reflète à travers l’évolution de ses parts de marché.
La compétitivité de l’économie d’un pays est la capacité de son outil de production à satisfaire les demandes intérieures et extérieures en contribuant à l’amélioration du niveau de vie de ses habitants.
Elle peut être mesurée au travers :

  • de la part de marché (part des ventes à l'étranger des marchandises produites dans le pays rapportée aux exportations au niveau mondial ou régional) ;
  • du prix comparé des exportations et des importations qui se reflète dans le solde positif ou négatif de la balance commerciale ;
  • du taux de pénétration entre les importations et le total des ventes effectuées sur le marché intérieur d’un pays, qui indique la dépendance d’un pays vis-à-vis de l’extérieur ainsi que la dégradation ou l’amélioration de la compétitivité des produits nationaux vis-à-vis des produits étrangers ;
  • le taux de couverture, calculé par type de biens ou services, par secteur ou pour l’ensemble d’un pays, entre la valeur des exportations et celle des importations.
     

La compétitivité de la France

Parmi les classements de référence, celui du World Economic Forum (WEF) place la France en 17e position en 2018. En 2019, la France se situe à la 31e place du classement de l’Institute for Management Development (IMD).

Les facteurs le plus souvent mis en avant pour souligner les faiblesses de la compétitivité en France sont une image dévalorisée de l’industrie, un nombre trop faible d’entreprises de taille intermédiaire, une recherche-développement insuffisante dans le secteur privé, le crédit bancaire aux entreprises et l’un des taux d’autofinancement parmi les plus bas en Europe.

Afin de relancer la compétitivité, le gouvernement a créé en 2004 les pôles de compétitivité qui ont vocation à rendre l’économie plus compétitive, créer des emplois, rapprocher la recherche privée et publique et développer certaines zones en difficulté, tout en luttant contre les délocalisations
En 2012, se fondant sur le rapport Gallois, le gouvernement met en place le pacte de responsabilité et de solidarité, ainsi que le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE). Ce dispositif CICE est supprimé le 1er janvier 2019.

La loi du 22 mai 2019 relative à la croissance et la transformation des entreprises (dite loi PACTE) poursuit deux objectifs : faire grandir les entreprises pour qu’elles créent plus d’emplois et redéfinir la place de l’entreprise dans la société. Elle prévoit ainsi des mesures pour alléger les contraintes qui pèsent sur les PME, la modernisation du financement des entreprises et réaffirme le rôle social et environnemental de l’entreprise.