Fonction publique : une féminisation forte sauf dans les emplois de direction

L'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes est un objectif permanent pour les collectivités publiques en tant qu'employeurs. Quels sont les résultats de la politique en faveur de l'égalité professionnelle dans les trois fonctions publiques ?

2 minutes
Silhouettes dans un couloir d'hôpital.
En 2016, le plus fort écart salarial entre les femmes et les hommes se trouve dans la fonction publique hospitalière, avec 20,6% de différence. © celiafoto - stock.adobe.com

La Direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP) publie la cinquième édition du rapport annuel sur l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans la fonction publique.

La fonction publique est composée à 62% de femmes

En 2016, 62% des agents de la fonction publique sont des femmes (+0,1 point par rapport à 2015). Cette part des femmes s’élève à 55% dans la fonction publique d’État (FPE), à 78% dans la fonction publique hospitalière (FPH) et à 61% dans la fonction publique territoriale (FPT).

La proportion des femmes varie selon les filières d’emploi. Dans la FPT, plus de 95% des agents de la filière sociale sont des femmes, à l’inverse, la filière incendie et secours est composée à plus de 95% d'hommes.

Pour tous les versants de la fonction publique, les femmes sont majoritaires dans les différentes catégories hiérarchiques. Elles sont également plus nombreuses que les hommes à passer des concours.

La féminisation de l’encadrement supérieur et dirigeant de la fonction publique est en progression, en passant de 27% en 2015 à 30% en 2017.

Des inégalités persistantes entre les femmes et les hommes

Alors même que la fonction publique compte une majorité de femmes, des différences salariales entre les femmes et les hommes persistent. En 2016, le salaire net des femmes est inférieur en moyenne de 12,9% à celui des hommes. Le plus fort écart salarial enregistré est dans la FPH avec 20,6% de différence (le salaire mensuel moyen atteint 2 134 euros pour les femmes contre 2 689 pour les hommes).

La loi du 12 mars 2012, dite loi Sauvadet, impose un taux minimum de personne de chaque sexe pour les primo-nominations sur les emplois de l’encadrement supérieur des trois versants de la fonction publique. Au 1er janvier 2017, ce taux est fixé à 40%, mais seule la FPH atteint cet objectif (49%).

La part des femmes fonctionnaires à temps partiel reste supérieure à celle des hommes (23% pour les femmes contre 6% pour les hommes).