Les déclarations de décès : un indicateur complémentaire pour le suivi du COVID-19

Pendant la crise sanitaire provoquée par l'épidémie de COVID-19, l'INSEE publie chaque semaine le nombre de décès quotidiens par département. Une hausse sensible de la mortalité est relevée dans trois départements : le Haut-Rhin, la Seine-Saint-Denis et les Hauts-de-Seine.

2 minutes
© stock.adobe.com

Par le décret du 22 janvier 1982, le Répertoire national d’identification des personnes physiques (RNIPP) est géré par l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE). Il centralise les informations d’état civil fournies chaque semaine sous forme dématérialisée ou non par les communes. Les décès sont ainsi indiqués dans ce répertoire.

Les décès déclarés

Ce répertoire permet d’avoir une vision nationale quant au nombre, l’âge des personnes décédées, les zones géographiques et la date de leur décès, mais les causes du décès ne sont pas mentionnées. L’ensemble de ces informations permettent d’identifier les anomalies sur la mortalité en comparant les chiffres d’une années sur l’autre.
Pendant la pandémie de COVID-19, l’INSEE a décidé de publier le nombre de décès quotidiens enregistrés par département fournissant ainsi un indicateur supplémentaire et complémentaire aux informations fournies quotidiennement par la Direction générale de la Santé.

Une augmentation sensible au niveau national

Au niveau national, pour la période du 1er mars au 20 avril 2020, le nombre de décès est supérieur à celui enregistré à la même période en 2019 (+27%) et en 2018 (+16%). L'année 2018 avait pourtant été marquée par une mortalité assez élevée en raison de la grippe, encore très présente au mois de mars. Il est à noter que, depuis le 1er avril 2020, le nombre de décès quotidiens diminue.

Mais une forte hausse constatée dans certains territoires

Deux régions enregistrent les plus fortes hausses : l'Île-de-France où le nombre de décès est supérieur de 95% à celui enregistré sur la même période en 2019 et le Grand Est où la hausse est de 60%. Dans les régions des Hauts-de-France et de Bourgogne-Franche-Comté, la hausse est respectivement de 28 et 24%.

Sur le plan départemental, dans six départements, le nombre de décès double par rapport au nombre constaté en 2019 : le Haut-Rhin avec une hausse des décès de 135%, la Seine-Saint-Denis (+130%), les Hauts-de-Seine (+122%), le Val-de-Marne (+104%), l'Essonne (+99%) et le Val d'Oise (+99%).