Commerce illégal de chats et de chiens : une résolution du Parlement européen

Contre le commerce illégal des animaux de compagnie dans l'Union européenne, les députés européens ont voté une résolution pour un plan d'action en faveur du bien-être animal.

3 minutes
Commerce illégal de chiens et chats. Le Parlement européen siffle la fin de la partie. Petit chien recroquevillé dans un angle de cage.
Une majorité de citoyens européens (74%) estiment qu'il est important de protéger le bien-être des animaux. © Cynoclub - stock.adobe.com

Par 607 voix pour, 3 contre et 19 abstentions, le Parlement européen a adopté, le 12 février 2020, une résolution non contraignante contre les conséquences du trafic illégal d'animaux de compagnie.

    Selon une étude concernant le bien-être des chiens et des chats en date de décembre 2015, il y aurait 46 000 chiens vendus chaque mois entre les pays de l'UE, la plupart d'entre eux sans être enregistrés.

     

    Ce que demande le Parlement européen

    Le texte appelle à une série de mesures dont : 

    • la mise en place d'un système harmonisé européen d’identification et d’enregistrement obligatoire des chats et des chiens (deux conditions pour permettre leur traçabilité et contrôle et le respect de la législation). Tous les animaux devraient être équipés d'une micropuce par un vétérinaire et enregistrés dans un fichier national d'identification des animaux ;
    • l'adoption d'une définition européenne des établissements d’élevage commercial à grande échelle ("usines à chiots") pour mettre un terme au commerce illégal ; 
    • des sanctions plus sévères contre les vendeurs, les vétérinaires et les services publics qui fournissent de faux passeports pour animaux de compagnie ;
    • l'encouragement de l'adoption (plutôt que l'achat) d'animaux de compagnie.

    Les Européens et le bien-être animal

    Le Parlement européen s'est saisi de cette question car le nombre d'animaux de compagnie qui font l'objet d'un trafic à travers les États membres de l'UE est croissant. Des réseaux détournent le règlement UE sur les mouvements non commerciaux d'animaux de compagnie pour vendre des animaux d'un pays à l'autre. Ces trafics sont rendus possibles notamment par l'absence de règles communes sur l'élevage des animaux de compagnie.

    Le Parlement européen relève que l'élevage et la vente illégaux de chiens et de chats se font souvent dans des "conditions déplorables". L'absence de contrôle vétérinaire et le non-respect de la période de sevrage des animaux ont pour conséquences le développement de troubles comportementaux mais aussi la transmission de maladies (pneumopathie, rage...).

    Les citoyens européens sont très soucieux du bien-être de leurs chiens et leurs chats : une majorité absolue d’Européens (94%) soutiennent qu'il est important de protéger le bien-être des animaux d'élevage, selon les données de l’Eurobaromètre publié en mars 2016. 74% d’entre eux estiment que les animaux de compagnie devraient être davantage protégés.