Aide publique aux partis politiques : 66 millions d'euros en 2020

Le montant des aides attribuées aux partis politiques en 2020 est fixé à 66,08 millions d'euros. Le principe d'un financement public des partis politiques a été posé par la loi du 11 mars 1988. Les partis politiques reçoivent une aide de l'État en contrepartie de l'interdiction des dons des autres personnes morales.

2 minutes
Marianne sur drapeau tricolore
© stock.adobe.com

Un décret publié au Journal officiel du 23 février 2020, détaille les montants de l'aide attribué aux partis et groupements politiques pour l'année 2020.

Une aide calculée en fonction des résultats des législatives de 2017

L'enveloppe de 66,08 millions d'euros est partagée en deux fractions :

  • la première fraction (32,07 millions d'euros) est répartie entre les partis politiques en fonction des résultats qu'ils ont obtenus au premier tour des élections législatives de juin 2017, sous réserve qu'ils aient déposé leurs comptes auprès de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP). Le montant de cette fraction est minoré pour les partis qui n'ont pas respecté l'obligation de parité des candidatures lors du scrutin ;
  • la seconde fraction (34 millions d'euros) est attribuée aux partis et groupements politiques représentés à l'Assemblée nationale et au Sénat. Sa répartition tient compte du nombre de parlementaires ayant déclaré se rattacher à chacun de ces partis.

Les dix premiers partis bénéficiaires de l'aide publique en 2020

Pour 2020, les dix premières formations bénéficiaires de l'aide publique aux partis politiques sont par ordre décroissant : En Marche !, Les Républicains, le Parti socialiste, le Rassemblement national, le Modem, la France insoumise, l'Union démocrates, radicaux et libéraux, le Parti communiste français, Europe Écologie les Verts, le Part radical de gauche.