Mal-logement : la situation des personnes seules est peu prise en compte

Pour la 25e année consécutive, la Fondation Abbé Pierre dresse un état des lieux du mal-logement qui touche près de 15 millions de personnes en France. Les personnes seules sont de plus en plus nombreuses à en être victimes.

3 minutes
Façade d'un hôtel vétuste.
Le 25e rapport de la Fondation Abbé-Pierre pointe un record de nuitées hôtelières : 49 733 personnes mal-logées sont hébergées chaque nuit à l'hôtel. © Redzen - stock.adobe.com

Le 31 janvier 2020, la Fondation Abbé Pierre a remis au ministre du logement son 25e rapport sur l'état du mal-logement en France. La fondation a souligné les atteintes croissantes au droit au logement et a dénoncé les coupes budgétaires inédites dans le domaine du logement. Le ministre a annoncé l'agrément de près de 110 000 logements sociaux en 2019.

4 millions de personnes mal-logées, des chiffres records alarmants

Selon le rapport, sur les 15 millions de Français touchés par le mal-logement, près de 4 millions de personnes ne disposent pas de logement personnel ou sont très mal logées : 

  • 902 000 ne disposent pas d’un vrai logement personnel : elles sont sans domicile fixe (SDF), vivent dans des habitats de fortune, ou sont hébergées par des tiers (amis, famille…) ; 
  • 934 000 vivent en situation de surpeuplement accentué (ménages auxquels il manque deux pièces par rapport à la norme de peuplement) ; 
  • 2,1 millions habitent des logements sans confort (pas de salle de bains, toilettes communes sur le palier, absence de chauffage).

Plus de 12 millions de personnes sont fragilisées par rapport au logement (en situation de surpeuplement modéré, impayés de loyers, copropriétés en difficulté).

Le rapport pointe par ailleurs :

  • un nombre record d’expulsions locatives avec 15 993 ménages expulsés avec le concours de la force publique en 2018 (3% de plus qu’en 2017) ;
  • un record de nuitées hôtelières : 49 733 personnes mal-logées sont hébergées chaque nuit à l'hôtel (+7 % par rapport à 2018), 
  • une augmentation des coupures d’énergie : 572 440 interventions pour impayés réalisées par les fournisseurs d’énergie en 2018 (+4,2% par rapport à 2017). Cette hausse s’accélère en 2019 (+20% pour le premier semestre).

Le mal-logement des personnes seules encore peu pris en compte

Personnes âgées, jeunes en début de carrière, personnes migrantes, célibataires, couples séparés... 22% des personnes vivant seules sont mal-logées. Elles représentent 65% des SDF. En raison de leurs ressources moindres (la pauvreté affecte 20% des personnes seules, contre 14% de l’ensemble de la population), d'un accès limité au parc social (pas assez de petits logements) et du coût élevé des petits logements, les ménages isolés consacrent une part plus importante de leurs revenus à leur logement.
 



À l’approche des élections municipales et communautaires de mars 2020, le rapport interpelle les futurs élus sur la question du mal logement et souligne les marges de manœuvre dont ils disposent pour résorber la crise du logement : respect des droits des personnes sans-abri, mise en œuvre du Plan pour le logement d’abord, réforme des attributions de logements HLM, respect des objectifs de la loi pour la solidarité et le renouvellement urbain (SRU), résorption de l’habitat indigne et de la précarité énergétique, rénovation urbaine…