Transports en zones rurales : comparaison entre l’Espagne, l’Allemagne et la France

Le réseau français de transports en commun en milieu rural est moins performant que ceux de l'Espagne et de l'Allemagne : temps de correspondance plus importants, faible fréquence par jour des trajets, notamment.

2 minutes
Arrêt de bus © noxmox - stock.adobe.com

Une étude comparative de l’Autorité de la qualité de service dans les transports (AQST) parue en juin 2019 montre que le recours à la voiture plutôt qu’à un transport en commun fait gagner deux fois plus de temps en France qu’en Espagne ou en Allemagne.

120 itinéraires tirés au sort

A défaut d’une base de données complète sur les liaisons en transports en commun en France et dans les autres pays, 120 itinéraires ont été tirés au sort entre la France, l’Espagne et l’Allemagne.

Quatre distances ont été retenues : moins de 50 km, de 50 à 100, de 100 à 400 et plus de 400 km. Dix liaisons origines-destinations ont été tirés au sort dans chaque tranche et chaque pays, au niveau communal, soit 120 liaisons au total.

L’étude passe en revue les différentes offres de transports en commun (ferroviaire notamment et aérien), le temps de trajet total, le temps passé dans les correspondances et les fréquences moyennes pertinentes par jour, ainsi que l’heure du dernier départ et du premier départ.

Les enseignements : améliorer les correspondances et développer de nouvelles “mobilités partagées”

Cette analyse comparée permet plusieurs observations :

  • le réseau français de transports en commun en milieu rural est bien moins efficace que les réseaux allemand et espagnol ;
  • la France se caractérise par des temps de correspondance plus importants, une faible fréquence par jour des trajets et une plus faible amplitude, avec une rareté de l’offre en train pour les distances de moins de 100 km ;
  • sur la longue distance, l’avion est davantage présent en Allemagne et en Espagne, alors que la France dispose d’une offre de TGV plus conséquente ;
  • l’étude souligne que “l’Allemagne est un pays deux fois plus dense que la France, ce qui facilite la viabilité économique de dessertes dans le rural, et particulièrement ferroviaires”.

Selon l’étude de l’AQST, les solutions au relatif manque d’efficacité du réseau de transports en commun dans le milieu rural français résident dans l’amélioration des temps de correspondance et le développement de “nouvelles mobilités partagées”, comme le covoiturage.

Cette approche figure en filigrane dans un rapport conjoint du Conseil général de l'environnement et du développement durable (CGET) et de l'Inspection générale de l'administration (IGA) de juillet 2011.