Interview de M. Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Europe et des affaires étrangères, à RMC le 11 mars 2020, sur l'impact de l'épidémie COVID-19 sur le tourisme.

Prononcé le

Intervenant(s) :

Thématique(s) :

Texte intégral

JEAN-JACQUES BOURDIN
Tout de suite Jean-Baptiste LEMOYNE, Secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères. Bonjour.

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
Bonjour.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Merci d'être avec nous. Parlons du tourisme parce que voilà un secteur qui souffre terriblement avec le coronavirus. Vous avez reçu hier les professionnels du tourisme. D'ailleurs je crois savoir que vous allez les recevoir toutes les semaines.

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
Exactement. On a convenu de se voir chaque semaine le mardi pour pouvoir faire un point, retour d'expérience du terrain et je dois dire que les chiffres sont effectivement inquiétants.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Est-il vrai que plus de trois mille agences de voyage et tours opérateurs sont menacés de disparaître en France ?

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
Ce qui est sûr, c'est que 85% des entreprises de l'hôtellerie, de la restauration, du secteur des voyages, d'après un baromètre mis en place par le GNI s'estiment touchées et pour certaines, touchées gravement. Effectivement le secteur des agences de voyage hier témoignait en disant : "On est sur moins 60 à moins 70% de réservations." Et donc face à cela avec Bruno LE MAIRE, avec le gouvernement, on a décidé de mettre en place des mesures pour quasiment faire du sur-mesure et aider, accompagner ces entreprises à passer ce cap.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Alors comment ?

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
Alors comment ? Tout simplement déjà en leur permettant d'avoir des reports de charges fiscales et sociales. Voire quand l'existence de l'entreprise est en jeu des dégrèvements. C'est-à-dire du dégrèvement, c'est de l'annulation pour remettre du cash dans la trésorerie. Et c'est également le fait de pouvoir placer en activité partielle parfois l'entreprise et pour cela, nous avons d'ailleurs bonifié l'indemnisation pour les entrepreneurs de telle sorte que ce soit incitatif et surtout que tout cela aille très vite. On a besoin de réactivité. Tout se joue dans les prochains jours, les prochaines semaines et qui dit réactivité dit par exemple la Direccte Ile-de-France qui est au contact des entreprises franciliennes, qui a doublé les effectifs qui sont derrière le téléphone pour répondre, pour pouvoir prendre en compte ces difficultés. Et puis, je veux le dire à travers vous, que les entreprises du tourisme qui sentent des difficultés n'hésitent pas à nous contacter. Je souhaite peut-être leur donner un mail, un mail contact à travers vous.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Allez-y.

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
Qui est le mail covid.dge@finances.gouv.fr. Je répète : covid.dge@finances.gouv.fr. C'est le point d'entrée unique où on peut les prendre en compte.

JEAN-JACQUES BOURDIN
C'est-à-dire que j'ai une agence de voyage, je suis tour opérateur, j'ai des problèmes : j'envoie un mail à cette adresse.

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
Tout à fait. Et par ailleurs, nous avons décidé pour faciliter les démarches notamment pour ces reports de charges, que les sociétés puissent demander par mail ces reports et puis que, notamment pour l'activité partielle, des réponses soient apportées en quarante-huit heures. On a besoin de réactivité.

JEAN-JACQUES BOURDIN
De réactivité. Des auditeurs vont nous appeler, j'en suis absolument certain, pour les voyages. Est-ce qu'aujourd'hui vous déconseillez… J'ai un voyage prévu, je ne sais pas moi, fin mars, en avril, est-ce que je dois partir ou pas ? Tout dépend de la destination ?

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
Alors nous avons un site, Conseils aux voyageurs, qui est sur le site du Quai d'Orsay. Je recommande aux voyageurs de le consulter. Pays par pays, il précise bien quels sont les risques et quels sont les comportements adaptés. Et de façon générale, on le voit, les gens ont moins envie de voyager et on peut le comprendre. Et donc un certain nombre d'entreprises, j'ai vu, ont permis de pouvoir reporter des voyages sans prendre de frais.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Est-ce que c'est la recommandation que vous faites ? Vous demandez aux entreprises de reporter les voyages, les professionnels du tourisme ? Faut-il aujourd'hui reporter les voyages ou rembourser ? Est-ce que tous les professionnels du tourisme peuvent rembourser ? Ce n'est pas évident.

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
Alors en réalité, tout dépend des contrats.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui.

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
Parfois il est probable que le client qui décidera d'annuler ne pourra pas forcément être complètement remboursé, indemnisé.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui.

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
C'est pourquoi il y a finalement pas mal d'agences qui proposent des reports, qui proposent de pouvoir décaler ces déplacements. Je crois qu'il est très important que les touristes puissent aller voir ce site, Conseils aux voyageurs, parce qu'encore une fois il y a des pays qui sont plus touchés que d'autres, et puis il y a aussi aujourd'hui trente-et-un pays dans le monde qui ont mis des restrictions par rapport à l'accès pour les Français. C'est-à-dire qui demandent aux Français qui arrivent de se mettre en quatorzaine ou parfois qui interdisent purement et simplement. Et cette liste, elle est forcément évolutive.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Trente-et-un pays.

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
Trente-et-un pays. Hier nous étions à vingt-quatre ; aujourd'hui nous sommes à trente-et-un pays.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Trente-et-un pays qui demandent aux Français de ne pas venir.

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
Alors qui demandent soit de venir mais de faire une quatorzaine, c'est donc contraignant. Ça peut se comprendre lorsqu'éventuellement on réside dans le pays et que, du coup, on souhaite y retourner pour son activité. Mais donc tout ça veut dire que la situation, elle est très évolutive parce que l'épidémie est elle-même très évolutive, et que par conséquent il est très important pour tous les voyageurs français de s'informer à travers ce site, Conseils aux voyageurs, du Quai d'Orsay.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Alors j'ai deux questions, parce que vous êtes secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères et aussi auprès du ministre de l'Europe. De l'Europe : l'Europe qui est absente. Pardon Jean-Baptiste LEMOYNE, excusez-moi. Où est la politique européenne face à ce coronavirus ?

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
Il ne vous a pas échappé que le président de la République a un peu justement faire en sorte que les Européens se parlent et c'est à son initiative qu'hier s'est tenu ce Conseil européen par visioconférence qui a abouti à des mesures et à des décisions.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui. Sauf que certains pays ferment leurs frontières. Par exemple la Slovénie qui ferme ses frontières avec l'Italie ; nous, nous ne fermons pas nos frontières avec l'Italie, il n'en est pas question pour l'instant.

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
C'est pour ça que le président a souhaité que la réponse européenne soit la plus harmonisée possible. Quand nous prenons, nous, une décision de dire…

JEAN-JACQUES BOURDIN
C'est ce qu'il souhaite mis ce n'est pas ce qui se fait. Pardon.

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
C'est ce qui est en train de se bâtir. La réunion d'hier, elle est historique. C'est la première fois que les vingt-sept par visioconférence dans une situation de crise ont pu se réunir et prendre des décisions. Des décisions y compris d'accompagnement économique. La présidente VON DER LEYEN a annoncé vingt-cinq milliards d'euros mis sur la table pour accompagner les secteurs de la santé, pour accompagner les secteurs économiques fragilisés comme ceux du tourisme.

JEAN-JACQUES BOURDIN
D'accord. Mais il n'y a pas de politique européenne en matière de fermeture des frontières. Est-il vrai que l'Espagne s'apprêterait à fermer sa frontière avec la France au Pays Basque ? C'est vrai ou pas ? Vous, vous connaissez bien cette région. C'est vrai ou pas ?

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
Au nord de l'Espagne, il y a un foyer infectieux.

JEAN-JACQUES BOURDIN
A Vitoria.

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
Voilà, à Vitoria. Et donc les autorités espagnoles sont, mais en pleine souveraineté, amenées à prendre leurs propres décisions. Je n'ai pas à les commenter.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Non, vous n'avez pas à les commenter mais c'est l'Europe. Où est la politique européenne ? Alors l'Espagne fermerait… Est-ce que l'Espagne pourrait fermer ? Je vous pose la question, Jean-Baptiste LEMOYNE.

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
Mais je n'ai pas la réponse à cette question-là.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous n'avez pas la réponse.

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
Ce que je veux dire, c'est que les ministres de la Santé européens se coordonnent chaque semaine. Olivier VERAN avec ses collègues, ses homologues, pareil. Ils font le même type de visioconférence et désormais ça devient quotidien.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui.

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
Donc je crois qu'il y a une prise de conscience européenne qui se fait et désormais des mesures qui se prennent.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Je comprends. Mais que direz-vous si l'Espagne ferme la frontière ?

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
Mais vous savez, il y a le cas aussi de l'Allemagne qui commence à dire : « La région Grand-Est, faites attention ! », compte tenu du cluster qui existe dans le Haut-Rhin.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Eh bien voilà.

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
Mais c'est pourquoi, j'insiste, il est important que face…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous demandez à ce qu'aucun pays en Europe ne ferme ses frontières ? Je vous pose la question.

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
Ce que je vous dis, c'est que de façon générale il faut que la vie continue de façon la plus normale possible en s'adaptant aux situations géographiques, aux territoires. Il n'y a pas une réponse unique. Ça, tous les spécialistes vous le diront : il faut s'adapter aux endroits où sont les foyers et on ne peut pas avoir une seule réponse unique partout sur un territoire européen qui est aussi vaste que celui-là. Gardons ce côté justement de proximité, sur-mesure, que ce soit pour la gestion des cas du point de vue sanitaire et que ce soit également pour l'accompagnement des entreprises en difficulté.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Bien. Merci Jean-Baptiste LEMOYNE. Merci. Les dernières infos concernant le coronavirus, Info virus avec vous, Quentin VINET. (…)

QUENTIN VINET
Les ministres ne sont pas épargnés. En France, c'est Franck RIESTER qui est contaminé ; Nicole BELLOUBET, elle, n'est pas infectée. En Angleterre, c'est la ministre déléguée à la Santé qui est malade, qui est même confinée chez elle comme elle l'a annoncé hier soir.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Ça va bien, Jean-Baptiste LEMOYNE ? Vous allez bien, vous ?

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
Ecoutez, c'est votre contrôle. Non, non, mais écoutez, on fait tous attention. On est vigilant, naturellement, comme tous les Français.

JEAN-JACQUES BOURDIN
J'imagine. Vous ne serrez plus la main en Conseil des ministres ?

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
Non, non. Pour ma part, la main sur le coeur. Voilà, le coeur y est. Pour saluer.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 11 mars 2020