Interview de Mme Florence Parly, ministre des armées, à France 2 le 4 mars 2020, sur l'épidémie de COViD-19 dans l'Oise et le rapatriement de Français de Wuhan en Chine par des militaires de la base militaire de Creil.

Prononcé le

Intervenant(s) :

Thématique(s) :

Texte intégral

DAMIEN THEVENOT
Mais pour l'instant, place aux "4 Vérités". Bonjour Caroline. Ce matin, vous recevez Florence PARLY, la ministre des Armées.

CAROLINE ROUX
Bonjour. Oui, la ministre des Armées, car la base militaire de Creil est au centre des interrogations sur l'origine de la contamination dans l'Oise. Bonjour Florence PARLY.

FLORENCE PARLY
Bonjour.

CAROLINE ROUX
Je vais vous poser la question très simplement, très directement, l'escadron de l'Estérel qui a participé aux opérations de rapatriement des Français de Wuhan, est-il responsable du début de la contamination dans l'Oise ?

FLORENCE PARLY
Absolument pas, absolument pas, et les faits ont été établis, d'abord, quels sont les faits, le 31 janvier, un escadron de militaires assure une mission, qui est dans la mission des armées, au fond, toujours protéger les Français partout où ils se trouvent, pour rapatrier ceux qui étaient à Wuhan jusqu'en France. Cet équipage a été projeté, n'est jamais descendu de l'appareil lorsqu'il a atterri à Wuhan. Et lorsque l'avion est reparti et a atterri à Istres avec ses 193 passagers, l'équipage a été confiné pendant 14 jours à domicile avec prise de température pendant ces 14 jours. J'ajoute que pendant le vol, l'équipage était équipé de masque, ceux dont on parle tant, les FFP2, c'est-à-dire ceux qui sont réservés aux personnels de soins les plus filtrants. Et lorsqu'au terme de ces 14 jours, il est apparu de façon scientifique qu'ils n'étaient pas porteurs…

CAROLINE ROUX
Scientifique, dites-vous, Florence PARLY…

FLORENCE PARLY
Ils ont été testés, ils n'étaient pas porteurs du virus.

CAROLINE ROUX
Donc des tests, parce qu'on a entendu un peu tout et n'importe quoi sur… je vous pose… pardon, il faut quand même que je vous pose des questions, est-ce que des tests ont été effectués à leur retour ? C'est la question.

FLORENCE PARLY
Il y a eu un cas pour lequel une ambiguïté a pu exister, je le dis très simplement, on s'est demandé si l'un des membres d'équipage et son compagnon avaient pu être en contact avec l'un des personnels de la base de Creil qui lui s'est avéré malade, et qui est actuellement hospitalisé, ces personnes ont été testées, elles ne sont pas malades, et aucun des membres d'équipage de l'Estérel n'est malade, tout le monde est en bonne santé. Donc, on ne peut…

CAROLINE ROUX
Combien il y a de cas de contamination sur la base de Creil ?

FLORENCE PARLY
De l'ordre d'une dizaine, mais je ne veux pas rentrer dans des chiffres précis, puisque c'est le directeur général de la santé qui, chaque jour, de façon très transparente, indique quel est le point de la situation au quotidien, donc moi, je ne voudrais pas risquer de donner des chiffres qui ne seraient pas exacts ce soir…

CAROLINE ROUX
D'accord, non, mais ce que vous nous expliquez, c'est que la contamination est venue de l'extérieur de la base de Creil et non pas de cette opération de rapatriement des Français ?

FLORENCE PARLY
Absolument, il n'y a aucun lien entre cette opération et le rapatriement des Français depuis la Chine et l'apparition du virus sur la base de Creil, je voudrais que ce soit parfaitement clair, parce que je sais que ces informations ont tourné, que ça crée une suspicion aussi très désagréable évidemment pour des militaires qui n'ont fait que, assumer leur mission pour se porter au secours des Français, et je pense qu'il est important que nous donnions toute la clarté et toute la transparence aux Français…

CAROLINE ROUX
En transparence sur ce sujet. Existe-t-il, on l'a vu dans le journal de 7h30, on a vu que l'armée était parfois réquisitionnée en Corée du Sud pour faire des masques, existe-t-il un scénario dans lequel l'armée française est mobilisée pour lutter contre une épidémie ?

FLORENCE PARLY
L'armée française se doit d'être disponible en tout temps et en tous lieux pour soutenir les services de l'Etat, dans une épidémie, les services de l'Etat, qui sont prioritairement concernés, sont d'abord le ministère des Solidarités et de la Santé, on le voit d'ailleurs, la cellule de crise est ouverte, le président de la République l'a visitée hier, et c'est le directeur général de la Santé qui communique chaque jour pour que, à la fois, les points de situation et les consignes soient donnés.

CAROLINE ROUX
Ça, c'est clair…

FLORENCE PARLY
Néanmoins, si la situation le justifiait, il faut que les armées puissent à tout instant apporter leur soutien, apporter leur secours, dans la mesure des possibilités…

CAROLINE ROUX
Elles se préparent ?

FLORENCE PARLY
Alors, nous avons d'abord, d'ores et déjà, nous avons un service de santé des armées qui est pleinement mobilisé, nous avons des hôpitaux militaires qui, eux aussi, se tiennent prêts à accueillir des malades, ils en ont d'ailleurs déjà accueilli. Donc, oui, les armées sont prêtes à intervenir si c'était nécessaire, mais il faut aussi bien comprendre que les armées doivent aussi pouvoir continuer à mener les missions qui sont les leurs, les missions qui sont les leurs : la lutte contre le terrorisme, Sentinelle, et pour ça, elles doivent aussi pouvoir se protéger…

CAROLINE ROUX
Ce qu'on entend de ce que vous nous expliquez ce matin, Florence PARLY, c'est qu'il y a effectivement un scénario dans lequel l'armée peut être mobilisée pour lutter contre une épidémie, ça fait partie des scénarios envisageables…

FLORENCE PARLY
Comme elle l'a fait pour les catastrophes naturelles ou pour Irma, ça fait partie de ses missions.

CAROLINE ROUX
Avec quel rôle d'ailleurs ?

FLORENCE PARLY
Ce sera à voir en fonction des besoins qui seront exprimés par…

CAROLINE ROUX
Je termine sur ce sujet-là avant de passer à la Syrie. Vous nous avez parlé de dix cas de personnes contaminées sur la base de Creil, ils vont bien, leur état de santé est stabilisé ?

FLORENCE PARLY
L'un est hospitalisé dans une situation plus critique, et les autres sont en très bon état.

CAROLINE ROUX
On parle de la Syrie, un conseil de défense est organisé aujourd'hui sur le sujet de la Syrie alors que les troupes de Bachar El ASSAD, aidées par les Russes, d'un côté, et de l'autre côté, ERDOGAN, pour la Turquie, s'affrontent. Le président a appelé au cessez-le-feu, la situation n'est plus sous contrôle, c'est l'impression que ça donne ?

FLORENCE PARLY
Il faut d'abord souligner le caractère absolument dramatique et tragique de la situation qui prévaut à Idlib, c'est probablement l'une des plus graves crises humanitaires que le monde ait connue depuis de nombreuses années. Et cette crise humanitaire, il faut quand même rappeler d'où elle vient, elle vient du fait qu'au moment du printemps arabe, le régime syrien a réprimé violemment son propre peuple, sa propre position, et c'est alors qu'il était en train de perdre du terrain en 2014, a été renforcée par la Russie, qui a inversé littéralement le rapport de force, et aujourd'hui, aujourd'hui, cette situation ne prévaut que parce que le régime syrien est soutenu par la Russie…

CAROLINE ROUX
Comment on en sort, parce qu'il y a une urgence humanitaire…

FLORENCE PARLY
Alors, c'est une urgence humanitaire…

CAROLINE ROUX
Il nous reste peu de temps…

FLORENCE PARLY
Il nous faut absolument obtenir un cessez-le-feu, et il faut obtenir l'accès des convois humanitaires dans cette zone…

CAROLINE ROUX
La Russie dit non, la Russie dit non…

FLORENCE PARLY
Il y a plus de 900.000 réfugiés, et ce doit être l'objet des discussions dans les prochains jours, en tout cas, la France souhaite absolument que le cessez-le-feu intervienne le plus vite possible, c'est impératif.

CAROLINE ROUX
Je ne veux pas être désagréable, Florence PARLY, mais il ne suffit pas que la France le réclame le cessez-le-feu, Emmanuel MACRON avait réclamé une rencontre à quatre avec Angela MERKEL, le président français, ERDOGAN et POUTINE, finalement, ça n'a pas été accordé, quel est le poids de la France dans cette situation-là pour obtenir un cessez-le-feu, sur qui allons-nous faire pression, pour le dire clairement…

FLORENCE PARLY
Le président ERDOGAN se rend à Moscou jeudi. Et la chancelière MERKEL et le président de la République ont réitéré leur disponibilité pour, dans un format à quatre – comme vous le dites – pouvoir déterminer les conditions d'un cessez-le-feu et d'un retour à une solution politique dans un pays qui, depuis 9 ans, est en guerre.

CAROLINE ROUX
Ça vous met en colère quand vous voyez la Turquie qui fait un chantage à l'Europe en ouvrant ses frontières ?

FLORENCE PARLY
C'est inacceptable. Ce qui est inacceptable, c'est bien sûr qu'il y ait eu des morts turcs dans cette zone d'Idlib, et nous avons manifesté notre solidarité à la Turquie, mais il est inacceptable que la Turquie se livre à ce chantage vis-à-vis de l'Union européenne. Et nous sommes évidemment tout à fait solidaires de nos partenaires grecs.

CAROLINE ROUX
Merci beaucoup Florence PARLY.

FLORENCE PARLY
Merci.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 9 mars 2020

mots-clés :