CONSEIL DU 15 MARS 1974

Prononcé le

Thématique(s) :

Texte intégral


-COMPTE-RENDU DU PORTE PAROLE DU GOUVERNEMENT
-=MISE AU-POINT DE M. LECAT= INTERROGE ENFIN SUR LES DECLARATIONS QU'IL AVAIT PU FAIRE AU-COURS DE L'EMISSION DES "DOSSIERS DE L'ECRAN" ET DONT L'UNE CONCERNAIT LA TELEVISION DE LA SUISSE ROMANDE, M. JEAN-PHILIPPE LECAT, MINISTRE DE L'INFORMATION, A FAIT LA MISE AU_POINT SUIVANTE : "J'AI ETE TRES MAL COMPRIS DANS CETTE AFFAIRE, A-T-IL DIT. IL EST TRES REGRETTABLE QUE DES REALISATEURS OU DES TECHNICIENS DE LA TELEVISION DE LA SUISSE ROMANDE, QUI SONT DES GENS DE GRAND TALENT, AIENT PU ETRE BLESSES PAR LA FORME QUE J'AI DONNEE A L'EXPRESSION DE MES SENTIMENTS. IL FAUT SE REPLACER DANS LE CONTEXTE DE L'EMISSION : AU_COURS DE CETTE TABLE RONDE, J'AI ETE LE SEUL A PRENDRE LA DEFENSE DE L'ORTF QUI FAISAIT L'OBJET D'UNE CAMPAGNE INJUSTE, DE DENIGREMENT ET DES COMPARAISONS INTERNATIONALES ONT ETE FAITES AU_COURS DE L'EMISSION, QU'IL S'AGISSE DE COMPARAISONS AVEC LES POSTES PERIPHERIQUES, DES CHAINES DE TELEVISION COMMERCIALE, DE RTL, DE LA BBC OU M EME DE JOURNAUX DE LA PRESSE ECRITE. LA BOUTADE CONCERNANT LA TELEVISION SUISSE ROMANDE N'EMPECHERA PAS QUE LES EXCELLENTS LIENS D'AMITIE ET DE COOPERATION QUI EXISTENT ACTUELLEMENT SE DEVELOPPENT". EN CONCLUSION, M. LECAT A AJOUTE EN SOURIANT : "IL NE FAUT TOUT DE MEME PAS PRENDRE AU TRAGIQUE TOUT CE QUE LA TELE FRANCAISE DIT, MEME SI C'EST LE MINISTRE DE L'INFORMATION QUI LE DIT..."