Rapport d'information (...) sur la France et le Moyen-Orient

Date de remise :

Auteur(s) moral(aux) : Assemblée nationale. Commission des Affaires étrangères

Pour lire les formats PDF et ePub vous avez besoin d’un lecteur adapté.

Présentation

La politique de la France au Moyen-Orient est essentielle pour la préservation des intérêts stratégiques français, concernant notamment la stabilité de la zone, l’approvisionnement en matières premières ou le développement des échanges commerciaux. Elle est aussi primordiale pour la sauvegarde de la sécurité nationale, qu’il s’agisse de la lutte contre le terrorisme ou le risque de prolifération. Le rapport s’intéresse, dans un premier temps, à l’Arabie saoudite et à l’Iran, qui apparaissent désormais comme les deux puissances rivales de la région. Dans un second temps, le rapport analyse plus globalement les intérêts de la France dans l’ensemble de la région tant du point de vue stratégique qu’économique et culturel. Il tente de cerner les atouts et faiblesses de la France au Moyen-Orient et  formule plusieurs pistes de réflexion en vue de renforcer l’influence et l’attractivité de la France en direction des pays du Levant et du Golfe.

Revenir à la navigation

Sommaire

INTRODUCTION


I. LA RIVALITÉ IRANO-SAOUDIENNE, FACTEUR STRUCTURANT DE LA GÉOPOLITIQUE AU MOYEN-ORIENT

A. DEUX ÉTATS AU FAÎTE DE LEUR PUISSANCE RÉGIONALE EN DÉPIT D’IMPORTANTES DIFFICULTÉS INTÉRIEURES ET EXTÉRIEURES
1. L’Arabie saoudite : un royaume qui se transforme entre véritables avancées et faux-semblants
a. Une société saoudienne en pleine mutation
b. Un pays à la tradition rigoriste et autoritaire
c. Un renforcement progressif des relations franco-saoudiennes
2. L’Iran : une république islamique isolée ayant su renforcer ses positions en se projetant vers l’extérieur
a. Une société iranienne en grande difficulté économique et sociale
b. Un régime politique résilient sachant parfaitement jouer sur le fort sentiment nationaliste de la population iranienne
c. Des relations franco-iraniennes en proie à un dilemme

B. UNE OPPOSITION ENTRE RIYAD ET TÉHÉRAN QUI IRRIGUE L’ENSEMBLE DES TENSIONS RÉGIONALES
1. Une nouvelle guerre froide au Moyen-Orient
a. L’antagonisme irano-saoudien, l’opposition de deux systèmes politiques et culturels
b. L’instrumentalisation des minorités confessionnelles
c. Les affrontements indirects des deux blocs saoudo-sunnite et irano-chiite
2. Une polarisation confessionnelle exacerbée
a. Les origines de la fitna – « grande discorde » – entre chiites et sunnites et ses conséquences
b. La contribution des récits de cette opposition à la construction et à l’exacerbation des tensions confessionnelles


II. LES STRATÉGIES DE LA FRANCE DANS UN MOYEN-ORIENT INSTABLE


A. LES INTÉRÊTS STRATÉGIQUES DE LA FRANCE AU MOYEN-ORIENT
1. Une instabilité et une violence qui menacent directement notre sécurité nationale
a. Les intérêts de la France dans la région
b. L’importance du dispositif militaire
2. Des enjeux économiques d’importance pour la France
a. Des faiblesses qui n’interdisent pas un potentiel de croissance élevé
b. Des relations économiques privilégiées avec les pays de la région qu’il nous faut renforcer et dynamiser

B. LE POUVOIR DE SÉDUCTION ET D’ATTRACTION DE LA FRANCE AU MOYEN-ORIENT
1. Une coopération culturelle dynamique avec les pays du Golfe : renforcement de notre influence ou création d’une dépendance économique
a. Le développement de partenariats culturels d’envergure dans la région
b. Le caractère primordial de la préservation de notre indépendance et du prestige de nos institutions culturelles
2. Des coopérations en matière d’éducation de plus en plus nombreuses
a. Le développement d’antennes de l’enseignement supérieur français au Moyen-Orient
b. L’enseignement de la langue française qui doit en retour s’accompagner d’une diffusion de la langue arabe en France

TRAVAUX DE LA COMMISSION
ANNEXES

ANNEXE N° 1 : LISTE DES PERSONNES AUDITIONNÉES
ANNEXE N° 2 : CONTRIBUTIONS ÉCRITES

 

Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Rapport parlementaire

Pagination : 93 pages

Édité par : Assemblée nationale

Revenir à la navigation